Un peu de série : Jane the Virgin

Qu’est-ce que ça raconte

Jane the Virgin est une série américaine adaptée d’une telenovela vénézuélienne et diffusée sur la chaine américaine CW.

Jane est une jeune femme de vingt-trois ans qui se retrouve enceinte sans jamais avoir eu de relations sexuelles !

Si le pitch de Jane the Virgin peut paraitre réducteur et d’un autre temps, la série ne l’est pas du tout. Elle aborde de nombreux sujets liés à la sexualité, aux relations familiales, de couple et à l’ambition professionnelle.

La série innove également avec la présence d’un narrateur incisif qui découvre l’histoire en même temps que le spectateur et une mise en scène originale.

Si je devais résumer la question centrale de la série, ce serait : comment des femmes acquièrent-elles leur indépendance et se libèrent-elles des carcans que pourraient leur imposer la société ?

Jane the Virgin est donc une série intelligente, drôle et pleine de pertinence. Elle montre un panel de femmes diverses et bien développées ainsi que des hommes complexes et non toxiques.

Elle n’est toutefois pas exempte de défauts.

Les points positifs de Jane the Virgin

  • La série aborde de nombreux sujets féministes avec réflexion

Dans la première saison, les thèmes commencent à s’imposer sans pour autant être aussi fortement présents que dans les saisons suivantes.

S’il y a bien un sujet central dans Jane the Virgin, c’est la parentalité et les relations familiales.

J’ai beaucoup apprécié, notamment, les questionnements du personnage de Xiomara. Est-on encore mère lorsque son enfant est adulte ? Comment trouver sa place lorsque son enfant devient lui-même parent ?

En outre, un des épisodes de la saison 1 se consacre entièrement à la culpabilisation et à la charge mentale qui pèsent sur les femmes enceintes.

Là où la série réussit également, c’est dans la représentation de la solidarité entre femmes. Les meilleurs scènes sur ce sujet sont certainement celles entre Petra et Jane.

Cependant, la scène la plus révélatrice de la solidarité féminine est sûrement celle dans laquelle Darci annonce à Rogelio son intention d’accoucher chez elle. Face au refus de Rogelio, Xiomara soutient Darci dans son choix en lui rappelant qu’elle est la seule qui a le droit de décider pour son corps.

Enfin, la série sort des clichés des triangles amoureux et sanctionne les comportements possessifs des personnages.

Par exemple, lorsque Michael ment à Jane et mène une quête jalouse envers Rafael, Jane rompt avec lui. De même, lorsque Jane laisse tomber Petra, celle-ci la confronte.

  • La question de la sexualité et du rapport à son corps dans Jane the Virgin

Les saisons 1 et 2 sont centrées sur la virginité de Jane puis la série utilise ce thème pour montrer dans quelle mesure la culpabilisation de Jane sur la sexualité la bloque dans ses relations.

Le rapport au corps est également très présent et, particulièrement avec le personnage de Xiomara. Ce sujet est abordé avec beaucoup de délicatesse dans les épisodes relatifs à son cancer.

Xiomara décide de ne pas perdre ses cheveux et entreprend une thérapie très douloureuse. Elle décide ensuite de ne se faire ablatir qu’un seul sein.

  • La représentation de la bisexualité est plus aboutie et mature que la représentation de l’homosexualité

Le personnage de Petra est sûrement le plus abouti de la série. Si on peut y voir de prime abord un stéréotype de la femme fatale, on comprend petit à petit que Petra n’est que ce que sa mère fait d’elle en la manipulant.

La mère de Petra utilise l’image de sa fille et ne valorise que cela chez elle, dévalorisant entièrement sa personnalité.

Sortie de l’emprise de sa mère, Petra s’enferme dans une coquille de femme forte insensible et impitoyable avant de s’ouvrir et de devenir un personnage complexe par sa sensibilité, son rapport à l’autre et à sa famille.

Petra ne change jamais de personnalité, elle ne devient pas une douce et gentille mère altruiste. Elle reste égocentrique, jugeante, cassante et voulant avoir le dessus sur les autres. Cependant, elle est également vulnérable, en proie aux doutes et protectrice envers ceux qu’elle aime.

Lorsque Petra commence à sortir avec JR, elle ne se pose pas mille questions sur son orientation sexuelle.

Elle ne se demande pas qui elle est, elle le sait, elle ne se demande pas comment ses proches vont accepter sa relation. Petra impose qui elle est et si quelqu’un à quelque chose à reprocher à cela, ce n’est pas son problème.

Sa relation avec JR est présentée comme similaire à celle qu’elle a eu avec des hommes.

De plus, au contraire de la relation Luisa / Rose, cette relation n’est pas ramenée qu’au sexe.

Les points négatif de Jane the Virgin

  • La mauvaise représentation de l’homosexualité

A mon sens, un des gros point négatif de Jane the Virgin, c’est la représentation de l’homosexualité, à travers le couple Rosa / Luisa.

Rosa est l’antagoniste de la série tandis que Luisa, sœur de Rafael, est présentée comme une hippie instable : deux stéréotypes.

Là où les couples hétérosexuels de la série sont complexes, le couple Luisa / Rosa n’est que malsain et essentiellement charnels. Cette représentation perpétue le stéréotype selon lequel un couple lesbien ne se réduit qu’au sexe.

De même, la fin de la série est vraiment problématique. Luisa décide de tuer Rose et se tourne vers sa famille et sauve le mariage de son frère.

Cela sous-entend, quelque-part, que Luisa retourne vers le modèle « sain » de l’hétérosexualité.

  • La représentation des femmes handicapées à travers la mère de Petra

Le personnage de la mère de Petra, Magda, est une représentation du handicap assez problématique.

En effet, Magda, au début de la série, se fait passer pour une personne handicapée alors qu’elle est valide.

Cependant, à la fin de son personnage, elle termine avec absolument tous les handicaps qu’elle a prétendu avoir. Cela donne l’impression qu’être handicapée est une sanction.

 

En conclusion, Jane the Virgin est une excellente série sur la représentation des femmes et de la parentalité. Elle aurait pu toutefois faire vraiment mieux en termes de diversité.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.