Un peu de séries : The 100 (613 : The Blood of Sanctum)

The Blood of Sanctum, treizième et dernier épisode de la saison 6 de The 100 était magnifique et poignant. Sous-jacent au thème principal de la moralité, revient celui du libre-arbitre, qui irrigue la série.

La construction de l’épisode est similaires à la saison 2. De la même façon que l’intrigue relative à Allie était amenée petit à petit dans la saison 2, celle relative à l’anomalie l’est dans la saison 6. L’anomalie sera certainement au centre de la saison 7, qui sera également la dernière saison de la série.

D’une religion à une autre

Bellamy a révélé au peuple de Sanctum que les Primes ne sont pas des dieux. Ses propos ont été confirmés par Priya elle-même. Russell a donc lancé une bombe de toxine de Red Sun afin de « purifier Sanctum ». De son côté, il a pris la fuite avec les Primes qu’il a ressuscités.

Dans l’épisode 13, Sanctum devient un champ de bataille dans lequel ceux qui croient encore à la religion des Primes forcent les non-croyants à se purifier et les tuent en cas de refus.

En parallèle, dans l’espace, Gaïa est confrontée à la destruction de la Flamme pour sauver Madi.

The Blood of Sanctum est donc consacré à la question du libre-arbitre par rapport aux croyances ainsi qu’à la soumission à une religion. Plusieurs questions sont donc posées : pour quelle raison continuer de croire en dépit de la vérité ? Que coûte la vie d’une personne face à une croyance?

En miroir, pour répondre à ces questions, deux groupes : ceux qui ne sont pas prêt à accepter une vérité différente de leur croyance face à ceux qui le sont.

La mise en lumière de la fin des deux symboles religieux créés à partir des technologies de Becca est très significatif sur le sens qu’entend donner la série aux religions. Le message qu’il délivre est que toutes les religions ont des croyants différents dans leur rapport à la religion.

Le message de The Blood of Sanctum n’est pas qu’il faut mettre fin aux religions et cesser de croire. Il dit simplement qu’il faut savoir conserver son libre-arbitre et le laisser aux autres. Et que, surtout, personne ne doit mourir ou être tué au nom d’une religion.

La vérité et le peuple de Sanctum

Les croyants du peuple de Sanctum ont pris le contrôle. Ils forcent ceux qu’ils kidnappent à boire une concoction à base de sang et de toxine. Si ceux qu’ils ont kidnappés refusent, ils sont tués. La croyante de Sanctum se place devant Octavia pour lui faire boire la substance.

Octavia est confrontée d’une certaine façon, à ce qu’elle a fait subir aux membres de Wonkru. C’est n’est plus eat or die, c’est drink or die. On la voit hésiter avant qu’Emori et Murphy entrent dans la pièce, les sauvant.

En leur faisant boire le breuvage, le but des croyants de Sanctum est de mettre tout le monde en transe pour les forcer à croire la même chose qu’eux.

C’est la différence avec Clarke et Bellamy dans l’épisode précédent. En révélant la vérité au peuple de Russell, ils ne les ont pas forcés à arrêter de croire. Ils les ont juste éclairés sur les mensonges des Primes. Au contraire, les croyants de Sanctum restant veulent forcer les autres à croire en la même chose qu’eux.

Il y a un message intéressant sur l’intérêt que peuvent avoir des personnes à faire passer leur religion avant tout le reste. Comme le dit Octavia, si tout ce en quoi ils croient est faux, s’ils apprennent que tout ce qu’ils font n’existe pas, quel est alors le sens de leur vie ? Que se passe-t-il quand les croyances sont confrontées aux doutes ? A une contre-vérité ?

Car, finalement, comme le dit si bien Jordan à Bellamy, ils ont révélé une vérité. Leur vérité. En délivrant Sanctum de leurs faux dieux, ils ont donc rendu au peuple leur libre-arbitre. Leur liberté de croire en ce qu’il voulait et, surtout, de douter.

La destruction de la Flamme

En parallèle à Sanctum, Gaïa, confrontée à un dilemme : conserver la Flamme ou sauver Madi ? Gaïa peut soit conserver la Flamme et tuer Madi, soit détruire la Flamme et sauver Madi.

Raven essaie grâce aux notes de Becca, d’isoler Sheiheda sur un autre ordinateur. Elle n’y parvient pas mais découvre qu’il y a un code de destruction sur la Flamme. Elle regarde alors Gaïa, souhaitant savoir quelle décision prendre.

Raven en a conscience : la Flamme est le vestige de toute une religion, toute une culture qui s’est construite autour de ce simple objet technologique. En détruisant la Flamme, elle sauve Madi au prix de tout ce en quoi un peuple a cru pendant un siècle.

Et c’est face à Gaïa qu’elle doit le faire. Gaïa qui s’est éloignée de sa mère pour la Flamme. Elle a participé à l’éducation d’enfants sangs noirs destinés à s’entretuer, pour la Flamme. Gaïa a consacré sa vie à la Flamme. Si elle est détruite, que lui reste-t-il ?

Et pourtant, pour Madi elle le fait, elle considère qu’elle ne sera plus aveuglément soumise. « No more soumission » déclare-t-elle en regardant Indra.

Cette scène est belle par tout ce qu’elle signifie pour Gaïa. Découvrir une autre croyance lui a fait remettre en doute la sienne. Ce qui est intéressant c’est qu’elle ne dit pas qu’elle abandonne ce en quoi elle croit, juste qu’elle ne s’y soumettra plus sans libre-arbitre.

Gaïa avait une autre solution que détruire la Flamme. Mais entre tuer Madi ou détruire la Flamme, elle a choisi. Elle sauvera Madi et sacrifiera la Flamme, le symbole de sa Religion.

Si un personnage secondaire a le droit à un développement cohérent, c’est bien Gaïa. On la voit affronter sa religion, grandir dans sa relation et découvrir en elle-même si elle accorde plus d’importance à ses croyances ou à la vie d’autrui. L’arc narratif de ce personnage est brillant et passionnant à suivre dans la saison 6. La résolution de ladite intrigue dans The Blood of Sanctum est d’autant plus belle qu’on a vu Gaïa évoluer petit à petit dans la saison.

Il est certain que la Flamme, et surtout Sheiheda, reviendra car elle a été téléchargée quelque part si on en croit la fin de The Blood of Sanctum. Et, après tout, le vaisseau a été construit par Eligius, entreprise pour laquelle travaillait Becca.

Reste à savoir ce quel autre folie technologique elle a laissé derrière elle. Cela sera un mystère compliqué à résoudre pour Raven, elle devra faire sans le cahier de notes de Becca, qui ne parle pas de cette option. Pourrait-elle l’avoir créée de l’intérieur ?

L’amour : force ou faiblesse ?

Une saison 6 sur le thème de l’amour ?

Amour, force ou faiblesse était la question posée par la saison. L’amour a été mis en face d’autres sentiments : la morale, les croyances, la vérité, le désir de vengeance, le désir d’appartenance à un groupe, la crainte de mourir, la crainte de voir ses proches mourir. Jusqu’où peut-on se perdre par amour ? De quoi est-on capable ? Comment l’amour motive-t-il nos actions ?

L’amour des siens face à la moralité a été le point central de la saison. Russell, Ryker, Gabriel, Raven et Clarke ont tour à tour principalement confrontés à cette question.

Les personnages étaient également confrontés à l’affection que l’on peut leur porter. L’amour que lui porte son frère est ce qui a permis de faire réfléchir Octavia sur elle-même. L’affection d’Echo est ce qui lui a fait prendre des risques pour sauver les siens mais également faire confiance à Murphy pour gagner du temps et attendre qu’on vienne la sauver.

Et en suspens derrière toutes ces mises en balance de l’amour face à d’autres sentiments : comment l’amour peut-il nous rendre plus fort ou plus faible ? Et, quelque part, peut-on vraiment distinguer l’amour qui nous rend fort à celui qui nous rend faible.

L’amour est ce qui pousse Russell vers un comportement de plus en plus immoral mais de moins en moins réfléchi. Force ou Faiblesse ? Qui peut le dire ?

L’amour qu’à Clarke pour les siens l’a fait tour à tour abandonner puis donner la force pour vivre. A quel moment peut-on dire qu’elle est faible ou qu’elle est forte ? A aucun, tout est une question de perspective.

La saison 6 montre que rien n’est binaire, la moralité, les croyances, la vérité, l’amour, tout est complexe. Les humains sont complexes donc leurs émotions le sont et leur comportement ne peuvent pas se diviser en bon ou mauvais comme leur amour n’est ni leur force ni leur faiblesse. C’est un tout, le moteur de toutes leurs actions, ce qui leur donne un sens. Que ce soit d’une façon ou d’une autre, l’amour est ce qui pousse à agir. Même Sheiheda : l’amour du pouvoir est un sentiment comme les autres. Ce que montre toutefois cette saison, c’est que l’amour peut tout affronter tant qu’il fonctionne avec la tête.

Revenge is weakness

The Blood of Sanctum met en parallèle la force de l’amour par rapport à celui de la vengeance.

Clarke ne veut pas tuer Russell. Contrairement à lui, elle veut faire disparaitre la douleur en disparaissant elle-même. Russell veut la faire disparaitre en se vengeant.

Après avoir vu Clarke jeter les derniers Primes dans l’espace, il se précipite pour chercher Madi. Il se retrouve face à Sheiheda. Et s’il y a quelque chose que Sheiheda sait faire, c’est manipuler la douleur. De la même façon qu’il l’a fait avec Madi, il utilise la douleur de Russell pour le convaincre de s’allier à lui.

Pour Sheiheda, l’amour est une faiblesse car elle abouti à un comportement irrationnel, à quelqu’un de facilement manipulable par les sentiments. C’est pour cela qu’il pousse Russell à cracher, avouer ce qu’il avait sur le cœur depuis le début. Seule la vengeance l’anime désormais. Il pense que la vengeance fera disparaitre la douleur qu’il ressent en ayant appris que sa fille est morte et en ayant vu Clarke faire flotter Simone.

Et c’est pour ça qu’en découvrant que les siens sont morts, il s’en prend à Clarke. Elle est celle qui a mis fin à la vie de ses proches, définitivement. Elle a tué sa fille, il tuera la sienne. Œil pour œil, Madi pour Joséphine.

Clarke le sait, elle a suffisamment eu à faire à la vengeance pour savoir que de la douleur nait cette volonté irrépressible de s’en prendre à ceux qu’on considère coupable. Clarke a eu à faire à autant de leaders qui voulaient venger leur peuple qu’elle à elle-même ressenti cette émotion. 

Elle se précipite donc vers la pièce du vaisseau où sont enfermés les siens, à la recherche de Madi. Mais elle n’est plus là, Russell est arrivé avant et la enlevé.

Madi : la force de Clarke

L’amour est-il plus fort que la vengeance ?

Clarke se présente désespérée devant les siens, pour la première fois. Elle n’est plus la leader devant eux, elle est la mère qui après avoir sauvé ceux qu’elle pouvait, revient et découvre qu’on s’en est pris à elle. En révélant la Clarke leader en même temps que la Clarke qui a des sentiments, elle a fini par obtenir la loyauté de son peuple. Elle leur montre qu’elle n’est pas aussi insensible qu’elle le laissait paraître devant eux.

Gaïa, Indra, Niylah et Raven l’ont vu assommer Madi possédée par Sheiheda et ont donc pu voir qu’elle avait la force nécessaire pour mettre de côté ce qu’elle pouvait ressentir pour se concentrer d’abord sur son peuple. Mais elle leur a également fait confiance pour protéger ses arrières, notamment à Raven.

Russel arrive alors accompagné de Sheiheda/Madi qui contrôle l’ensemble des grounders désormais réveillés. Il demande à ceux enfermés avec Clarke de s’agenouiller pour montrer leur allégeance. Après une seconde de réflexion, Clarke le fait. Dernier rempart entre le reste de son peuple et la folie de Sheiheda. Elle est à la fois la leader qui tente de trouver une solution pour son peuple et la mère qui craint d’avoir définitivement perdu sa fille.

S’agenouille-t-elle pour montrer l’exemple et éviter un bain de sang ou a-t-elle dès le départ une idée en tête ?

L’amour ou l’abandon ?

En la voyant à genou devant lui, Sheiheda lui dit alors qu’elle n’est pas aussi forte que le prétendait Lexa. Clarke sort à ce moment là un pistolet et le pointe sur sa tempe. En larme, elle essaie de faire réagir Madi, de la faire reprendre possession de son corps. La vengeance de Sheiheda ou l’amour de Madi, quel sentiment sera le plus fort ?

Clarke espère que l’amour que Madi a pour elle soit plus fort que la vengeance de Sheiheda. Elle sait que l’amour est une force. Clarke sait aussi que le cœur et la tête sont imbriqués, fonctionnent ensembles, qu’on ne peut pas couper l’un ou taire l’autre sans qu’il n’y ait des conséquences. Alors elle essaie de faire réagir le cœur de Madi pour lui donner la force de prendre le contrôle de son esprit.

Ce geste est-il aussi double ? Si Madi n’avait pas réagi, s’agissait-il pour Clarke d’abandonner ? Cela fait écho à ce que lui demandait Monty dans Nevermind : va-t-elle vraiment abandonner son peuple aux mains de dirigeants peu scrupuleux ? Et en suspens, veut-elle continuer de mener et protéger son peuple si sa mère et sa fille sont mortes ?

Clarke prouve alors que l’amour n’est pas sa faiblesse ni celle de Madi. C’est leur force pour mener leur peuple. Car si ceux auxquels elles tiennent disparaissent, quel est le sens de tout cela ?

Le prix du mieux et de la vérité

Des responsables et des victimes

Rester en sécurité ou se battre ?

Gabriel, Octavia et le Spacekru sont en sécurité dans le palais de Sanctum. Ils ont dû laisser les non-croyants à la merci des croyants dans la taverne. Gabriel leur demande de revenir en arrière pour les sauver. Murphy est le premier à réagir et refuse qu’ils se mettent en danger pour sauver un peuple qui n’est pas le leur.

Gabriel allait partir seul, Octavia est la première à réagir. Ce n’est plus Blodreina qui considère le monde binairement, ce qu’est plus celle qui veut que seuls les siens vivent. C’est la Octavia qui a fait les premiers pas vers les grounders, celle qui a gagné le Conclave. Celle qui est prête à se battre pour défendre un peuple qui n’est pas le sien.

Et pour la première fois, Bellamy ne lui demande pas de rester en sécurité. Il compte la suivre, pas pour la protéger, mais pour être à ses côtés dans la bataille. Il ne cherche plus à la protéger, elle ne cherche plus à le fuir. Ils sont côte à côte, égale à égal.

Echo décide de les suivre. Et Emori ne restera pas en arrière non plus. Elle ne se ralliera pas à Murphy cette fois. Comme dans les précédents épisodes, on peut voir à quel point se trouver une famille a changé Echo et Emori. Elles ne sont plus isolée, défendant leur propre vie. Elles défendent celles de leur proche, les suivent dans leurs batailles, croient aux dernières paroles prononcées par l’un des leurs.

Murphy finit par rallier le groupe. Gabriel et Murphy vont donc à la taverne tandis qu’Octavia, Bellamy et Echo attendent à l’extérieur.

Le feu des croyants

Leur plan tombe à l’eau dès lors qu’une femme décide de mettre le feu à la taverne, pour purifier Sanctum.

Ils n’ont donc pas le choix que d’empêcher un tel événement. Au lieu de tuer ceux qui essaient de brûler la taverne, ils les assomment. Ils essaient de faire mieux, même dans leurs batailles. Il ne s’agit plus de tuer mais de défendre.

Octavia sera celle qui se jettera sur celle qui tente de s’immoler. Est-ce qu’elle essaie de sauver cette femme comme elle aurait aimé qu’on la sauve ? Elle tente mais échoue, devant se protéger elle-même des flammes avant qu’elle ne la brûle. Comme Clarke, Octavia a évoluée en se confrontant à elle-même. La Octavia de la saison 5, prête à se sacrifier dans une bataille, ultime honneur d’un guerrier, veut désormais vivre.

A la fin de The Blood of Sanctum, Jordan est revenu à lui et confronte Bellamy, lui disant avoir entendu qu’il était responsable de la mort de Pryia. Bellamy sait que ce n’est pas le cas, il a des morts sur la conscience mais il n’aura pas celle-ci. Il répond alors à Jordan que seule la vérité a tué Pryia. Il sait qu’il a fait mieux, même si cela a eu le prix de la paix de Sanctum.

Le choix de Clarke

Le sauvetage des innocents

Dans Nevermind, la projection de Maya dit à Clarke qu’elle a tué plus de personnes qu’elle n’en a sauvé. Bellamy et Raven lui ont dit que les gens mourraient lorsqu’elle était en charge. Elle-même s’en est convaincu.

Clarke sauve un peuple qui n’est pas le sien. Les skaikrus ont tous été réveillés au début de la saison, ses proches aussi. En révélant sa vraie identité et en dérobant ce qui permettrait à Simone de tuer les cryogénisés, elle sauve les prisonniers de Diyoza et les quelques grounders restant. Et en faisant flotter les Primes, elle met fin à une religion autoritaire et illusoire.

Lorsque Clarke ouvre le vaisseau et que les Primes se retrouvent expulser du vaisseau, Simone s’accroche à elle. Elle pousse alors Simone dans l’espace avec les autres Primes, tuant définitivement le corps d’Abby. Ce geste de Clarke ressemble à celui de Monty dans la saison 3 alors qu’il tirait sur sa mère possédée par Allie pour sauver Octavia.

La mort d’Abby

Cela a-t-il un sens, aura-t-il une importance d’avoir choisi de sauver le plus grand nombre au prix de la vie de sa mère ?

Quand tout est fini, que Madi est sauvée, Clarke s’approche de Raven pour l’étreindre. Comme deux sœurs qui sont là l’une pour l’autre et ont perdu la personne qui les reliait, les laissant orpheline. Leur relation est vraiment mieux développée à la fin de cette saison que dans la précédente. Raven est là pour Clarke, pour protéger sa famille, pour assurer ses arrières pendant qu’elle va sauver leur peuple.

A la fin de The Blood of Sanctum, Clarke et le vaisseau reviennent à Sanctum. Clarke se précipite sur Bellamy et lui demande si faire mieux valait le coût. Il faut que ça compte, que ça ait fait une différence, pour lui d’avoir révélé la vérité à un peuple et d’avoir empêché les croyants de reprendre le contrôle de Sanctum. Pour elle d’avoir sauvé deux peuples au prix de la vie de sa mère.

Cette scène de fin, ressemblant quelque peu à celle de la saison 2 est magnifique et émouvante. Elle pose une question : cela signifie-t-il quelque chose d’avoir, cette fois, sauvé plus d’innocents qu’ils n’en ont tué ? Et surtout, avoir le fait le choix de la morale change-t-il quelque chose dès lors que les conséquences sont désastreuses car, après tout, des gens sont morts, dont la mère de Clarke ? Et si cela ne signifie rien, si ça ne fait pas de différence, si ce en quoi ils ont cru n’a aucun sens, que pourraient-ils devenir ?

L’anomalie : mystère de la saison 7 ?

The Blood of Sanctum se clôt sur l’anomalie. Après avoir découvert qu’Octavia avait un tatouage relatif à l’anomalie dans le dos, il pense que cela va l’aider à résoudre ce mystère.

Accompagné d’Octavia, Echo et Bellamy, il revient à son campement et leur fait découvrir un globe. Les lettres de ce globe sont similaires à celle qu’Octavia a dans le dos, à une différence près. Certaines lettres sont tatouées en rouge. Il appuie  sur les lettres correspondantes sur le globe. Une tempête se lève alors et apparaît dans la tente une jeune femme. Après quelques minutes de réflexion, Octavia la reconnait : Hope Diyoza.

Cette dernière poignarde Octavia qui s’évapore ensuite dans les bras de Bellamy.

Cette fin est très intrigante et apporte une touche de mystique. Gabriel, Bellamy et Echo se retrouvent face à un objet qui non seulement a volé le corps d’Octavia mais leur a aussi amené la fille de Diyoza. D’une vingtaine d’années.

Peut-être l’anomalie est une technologie alien ? Peut-être s’agit-il d’une technologie apportée par d’autres humains qui auraient découverts Alpha ? Ou peut-être s’agit-il d’une anomalie créée en même temps que la planète ? Seule la saison 7 nous le dira…

Une chose est certaine, cette scène pose deux questions :

  • Octavia est-elle morte ?
  • Qu’est-ce que l’anomalie ?

Octavia est-elle vraiment morte ?

On peut se demander si Octavia est vraiment morte. Après tout, elle est poignardée, tombe dans les bras de Bellamy puis s’évanouie dans une fumée verte. Octavia ne meurt pas à l’écran, il est donc possible qu’elle revienne dans la saison 7.

De plus, lorsqu’un personnage meurt, l’acteur communique un message de remerciements à The 100 sur Twitter. Or, Marie Avgeropoulos, qui interprète Octavia, n’a rien fait de tel. Peut-être les scénaristes et réalisateurs de The 100 font-ils comme pour le personnage de Kane ?

Une chose est certaine, en poignardant Octavia, Hope est sortie de l’anomalie. Ont-elles fait un échange ? Un peu comme Flash lorsqu’il sort de la Speedforce grâce au Flash d’un autre multivers ?

Par ailleurs, une autre question se pose : qui est le him dont Octavia demande à Hope de dire que c’est fait ? Qu’est-ce qui est fait ? Est-elle sortie de l’anomalie pour réussir une mission ? Devait-elle par exemple mettre fin à Sanctum ? Ou simplement activer l’anomalie ?

Octavia semble également être proche d’Hope. Dans l’extrait de scénario de la scène, publié sur le Tumblr de The 100 writers room, il est indiqué : « She clearly knows Octavia well. Loves her even… ». Octavia a-t-elle donc élevée Diyoza ?

Le personnage d’Hope, interprétée par Shelby Flannery, intégrera donc la saison 7. En espérant qu’elle ne subisse pas le même sort que Jordan et ait le droit à un vrai développement.

Qu’est-ce que l’anomalie ?

Jason Rothenberg a donné des premiers indices sur le globe et l’anomalie dans une interview :

« Quelque chose se passe de l’autre côté. Jusqu’à ce que vous le traversiez, vous n’êtes pas à travers – pour ne pas être ambigu. Octavia l’a traversée, Diyoza l’a traversée, Hope en vient visiblement à la fin de l’épisode 613, donc il y a quelque chose par là et nous allons jouer avec ça d’une façon importante dans la prochaine saison ».

Dans une autre interview donnée au site Hypable, il a également dit que dans la saison 7, on verrait la vie d’Octavia lorsqu’elle était dans l’anomalie, avant d’en sortir dans l’épisode 608. Dans cette même interview, il a déclaré que le mystère de Sheiheda serait lié à l’anomalie.

Toujours d’après la même interview, l’anomalie devrait être mystique mais également avoir une explication scientifique.

Alors que peu bien-être l’anomalie ? Un portail vers le monde de l’au-delà ? Un portail vers un univers parallèle ? Si une chose est sûre, c’est que le temps ne se déroule pas aussi rapidement derrière l’anomalie que sur Alpha.

Par ailleurs, Jason Rothenberg a également fait des déclarations concernant Clarke, qui devrait faire face la mort de sa mère dans la saison 7.

La saison 6, avancer seul vers les autres, la saison 7 vers davantage de liens entre les personnages ?

La saison 6 est davantage un chemin que chaque personnage doit parcourir seul pour faire face à ses démons et revenir vers les autres.

Pour certains, le chemin était très bien mis en valeur et magnifique à suivre, notamment pour Clarke et Echo. Pour d’autres il s’est fini tragiquement, comme pour Abby.

Cependant, le retour vers les autres a parfois été un peu superficiel. En particulier, le fait qu’Octavia revienne vers Bellamy et que celui-ci se relie à elle est bien expliqué du point de vue de l’évolution d’Octavia mais moins de celle de Bellamy.

Si un personnage a été très peu développé dans la saison 6, c’est Bellamy. On a l’impression qu’il est le “love interest” de Clarke, Echo et Octavia, que son personnage ne sert qu’au développement de ces trois autres. Sa relation à Clarke, Echo et Octavia n’est développé presque que dans leur sens.

Si la saison 6 a été sur les démons des personnages, j’espère que la saison 7 nous montrera des personnages liés entre eux, en particulier par des liens affectifs et non plus “professionnels”.

Si quelque chose manque de plus en plus, c’est de voir des personnages se parler parce qu’ils s’apprécient, tisser des liens entre eux plus que parce qu’ils doivent trouver une énième solution pour les leurs. Sauver les leurs ne suffit plus à mettre en valeur les liens.

D’autant que les dialogues des personnages entre eux sont rarement pour mettre en évidence leur lien mais plus pour se faire face. Les discussions Echo/Gaïa en sont un bon exemple.

Si j’ai bien aimé voir les personnages évoluer en tant que personne, prendre conscience du chemin qu’ils avaient parcouru seuls, j’espère qu’ils se rapprocheront dans la saison 7.

En Conclusion

The Blood of Sanctum n’est pas tant sur Sanctum mais davantage sur comment les personnages ont évolué depuis le début de la série. Clarke et Bellamy sont confrontés aux précédemment prises, Gaïa à sa religion, Raven à la destruction d’Allie. En effet, Raven ne détruit pas la Flamme sans réfléchir aux conséquences pour ceux qui y croient, comme pour Allie.

Certes, la question relative à la religion qui traverse cette saison est toujours présente mais davantage pour un effet miroir à la destruction de la Flamme.

Cette saison était une des meilleures. Si la saison 5, bien qu’excellente, n’avait pas été mémorable, la sixième l’est. Le thème sur la moralité, la religion et la notion de vérité, l’évolution cohérente des personnages, le nombre de scènes émouvantes bien jouées, l’apport d’une once d’humour avec le personnage de Joséphine…

Tout y était pour suivre de manière addictive cette saison. Seuls regrets : que les personnages de Jordan, Indra et Niylah n’ait pas été suffisamment développés.

Certains personnages sont totalement restés en retrait, notamment Jordan, Niylah et Indra qui n’apparaissent que peu et toujours pour permettre le développement du personnage auquel ils font face. Les scènes d’Indra mettent notamment en exergue ce point : ses propos dans l’épisode 9 ne servent qu’à faire écho à ceux de Gaïa et, donc à permettre à Gaïa d’être développé.

Tous les autres ont eu un arc narratif. Les scénaristes ont réussi à jongler avec les développements des personnages de Clarke et Octavia mais également à apporter de la consistance à ceux bien moins mis en valeur dans la saison 5, notamment Emori, Gaïa et Echo.

Un petit Quiz sur la saison 6 ?

 

 

 

Pour les articles sur les précédents épisodes :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.