Un peu de séries : The 100 (610 : Matryoshka)

L’épisode 10 de la saison 6 de The 100, Matryoshka était un excellent épisode. Sur le thème de la moralité mise en balance avec la survie, Matryoshka offrait un épisode bien construit, bien joué et bien réalisé. Cet épisode a permis la résolution de l’intrigue par rapport à Clarke et a été l’occasion de revoir Raven et Echo sur le devant de la scène.

Temps de lecture : 15 minutes

La suite contient des spoilers.

Quelles poupées russes gagnera ?

Le corps de Clarke fatigue d’avoir deux esprits dans sa tête. Elle ne parvient pas à se rendre chez Gabriel et doit se cacher dans un souterrain. Clarke s’évanouie et se retrouve dans son esprit, face à Josephine.

Le duo Clarke/Joséphine fonctionne parfaitement bien. Le jeu des actrices, Eliza Taylor et Sarah Thompson est excellent et met en valeur la qualité de leurs répliques. Elles livrent une performance pleine de piquants mais également d’émotions. En quelques épisodes, leur relation s’est complexifiée entre animosité et complicité.

Les deux femmes ne sont toutefois pas les seules poupées russes de l’épisode. L’intrigue relative à Madi et Sheiheda avance également dans Matryoshka. Celle-ci est devenue invivable et entièrement contrôlée par Sheiheda. Raven trouve toutefois une solution pour la sauver.

Le passé de Joséphine

Après avoir dévoilé ses peurs et convictions dans les épisodes précédents, Joséphine apparaît, dans Matryoshka, plus touchante et humaine. Toujours présente pour sortir un sarcasme au bon moment, son apparente insensibilité se fissure toutefois.

Deux scènes sont particulièrement bouleversante : la disparition d’une partie de ses souvenirs et le visionnage de l’un d’entre eux.

J’ai en effet, adoré cette scène, pleine d’émotion, où elle revoie l’un de ses souvenirs avec Gabriel et ne parvient pas à s’en détacher. Cela symbolise son impossibilité de se détacher de sa propre vie.

Joséphine reste cependant un personnage cohérent qui n’est pas prête à renoncer à l’immortalité. Par peur de mourir ? Parce qu’elle veut vivre un peu plus ? Ou peut-être, comme le disent les paroles de la chanson de la scène avec l’ancien Gabriel : parce qu’elle est coincée dans cette puce depuis tellement longtemps qu’elle ne sait plus dire adieu ?

La scène avec Gabriel, qu’elle supplie presque de la laisser garder le corps de Clarke est belle et touchante. Josephine tente par tous moyens de le convaincre pour rester un peu plus avec lui. Elle n’y parvient toutefois pas.

Se souvenir ou survivre il faut choisir

L’intrigue relative à Clarke et Josephine est intéressante car elle aborde la question de ce qu’est une personne.

Clarke veut que Josephine disparaisse de sa tête mais pas à n’importe quel prix. Si elle n’accepte pas ce qu’elle a fait pour l’immortalité, elle sait que conserver la puce de Josephine est importante pour négocier la survie des siens.

En revanche, en supprimant les souvenirs de Josephine un à un pour garder son corps en vie, n’efface-t-elle pas un peu d’elle ? Les souvenirs d’une personne ne sont-ils pas ce qu’elle représente ? Est-ce qu’une personne est un corps ? Des souvenirs ? Un esprit ?

La première scène de suppression des souvenirs de Josephine est belle et prenante. En quelques secondes, on comprend l’importance de ce qu’a fait Clarke, son impact sur Josephine qui n’est pas prête à perdre des souvenirs au hasard.

La résurrection de Clarke

Dans cet épisode, on retrouve la Clarke des premières saisons, celle qui savait allier le coeur et la tête. Celle de la saison 5 qui avait effacé tout ce qu’elle pouvait ressentir, n’est plus.

Que ce soit avec ses amis ou des inconnus, Clarke a toujours été un personnage intransigeant mais compréhensif. Et c’est qui elle est face à Josephine. Elle la comprend, essaie de prendre en considération ce qu’elle ressent mais la force toutefois à prendre les décisions nécessaires.

Et, à la fin, elle finit par détruire l’esprit de Josephine qui s’est maintenu dans son corps. Elle a finit par apprécier Josephine mais pas au point de lui laisser prendre son corps. Clarke fait ce qui doit être fait, en dépit de tout ce qu’elle peut ressentir. C’est aussi une façon de montrer qu’elle est prête à vivre. Contrairement à l’épisode 7 où elle était prête à mourir, elle veut désormais survivre.

La scène de Bellamy prêt à tout pour sauver Clarke est poignante. Il a fait tout son possible pour l’aider à survivre et n’est pas prêt de la laisser tomber.

Par ailleurs, cette scène est déchirante pour Octavia. Elle est vraiment heureuse que Clarke soit en vie et inquiète pour son frère. Cependant une question subsiste dans son regard : aurait-il fait pareil pour elle ? Se serait-il acharné à la sauver ?

La reconstruction du lien Bellamy/Octavia risque d’être longue. Octavia a évolué, compris ses erreurs. Se confronter à Blodreina l’a amenée sur le chemin de la rédemption. Cependant, renouer avec les siens risque de prendre du temps.

Welcome to Salem

Simone est morte, tuée par un habitant de Salem à qui Ryker à tout avoué. Alors que celle-ci ne voulait que tuer un seul terrien, Russell, par vengeance, décide de tous les envoyer sur le bûcher.

Il y a un réel aspect symbolique dans cette scène. Depuis le début de la saison, la série flirte avec le thème de la religion. Avec Matryoshka, The 100 fait un pas en avant et affirme sa position sur le sujet.

La religion et Matryoshka

Le bûcher est très symbolique car renvoie aux sorcières et aux païens qui étaient brûlés.

Matryoshka offre une critique des religions et, en particulier, des religieux qui prêchent que ceux qui n’ont pas leurs croyances, et surtout remettent en cause leur croyance, les détruiront alors qu’ils sont tout autant responsable de ce qu’ils créent.

Plusieurs répliques de Russell font écho à cela. En particulier, lors de son discours pendant la scène du bûcher.

Il y a donc un parallèle fort intéressant entre les messages des religions, mais également des partis extrémistes, et les propos de Russell et Simone. Ce parallèle pose la question, compliquée, de l’origine des “menaces”. Est-ce que des ennemis extérieurs peuvent menacer une culture, une croyance ? Ou bien un peuple crée-t-il seul ses ennemis ? Cette création n’a-t-elle pas pour origine leur crainte de voir leur religion ou leur culture questionnée ?

C’est toutes ces questions que soulèvent Matryoshka à travers le peuple et les dirigeants de Sanctum.

Come back to Mont Weather ?

Il y a un parallèle entre les scènes à Sanctum des prisonniers et les scènes du laboratoire de Becca dans la saison 4. Ceux dans la pièce sont des derniers survivants des expériences qu’ils y ont menées.

Cela permet de voir leur évolution depuis cette époque, en particulier la scène du bûcher. Comment ont-ils évolué ? Seraient-ils prêts à prendre la même décision pour se sauver du bûcher (qui peut aussi représenter la vague radioactive) ?

Murphy est le premier à se rappeler qu’Abby a fait le sang noir de Clarke à partir de moelle ossseuse. Pourtant, seules Raven et Abby appuient ses propos. Emori, Jackson et Miller restent silencieux et leur silence est particulièrement éloquent.

Le retour d’Echo

Echo est un personnage qui a beaucoup évolué depuis la saison 2. D’une loyauté aveugle envers Azgeda, elle est passée à une loyauté consentie envers sa famille d’adoption.

Cette évolution est marquée à deux reprises dans Matryoshka. Dans un premier temps, elle s’allie à Gaïa pour sauver les siens. Si le duo détonne par son originalité, les voir faire équipe est amusant.

Dans leur seule scène ensemble de Matryoshka, Echo demande à Gaïa pourquoi elle s’acharne à vouloir sauver un commandant qui l’a bannie. Cette question renvoie à son propre bannissement d’Azgeda.

Cela montre que désormais, Echo agit par loyauté parce qu’elle aime ceux qu’elle protège et qu’ils l’aiment et la respectent en retour. Elle n’agit plus parce qu’elle le doit mais parce qu’elle le veut. Et cela fait toute la différence.

La seconde scène qui montre l’évolution d’Echo est celle avec Ryker où elle lui demande ce que ça fait d’être du bon côté. Cette question, elle se la pose quelque part à elle-même. Cela démontre qu’elle a remis en cause tout ce qu’elle a fait avant de partir sur l’Arche. Elle n’est plus sûre d’avoir fait ce qu’il fallait, qu’en défendant Azgeda, elle défendait les bonnes valeurs.

Emori a quelque peu la même évolution qu’Echo. Alors que deux saisons plus tôt, elle était persuadée que personne ne viendrait pour elle, elle a désormais confiance en Echo pour venir les sauver.

La scène finale où elle s’apprête à tuer Russell conclue cette évolution. La parallèle avec l’épisode 10 de la saison 4 est apparent. Dans cet épisode, elle tirait sur les autres concurrents parce qu’elle pensait que cela sauverait Azgeda. Dans Matryoshka, elle vise Russell parce qu’elle veut sauver les siens.

Morality or Immortality ?

Le thème central de Matryoshka a été mis en avant par Raven lorsqu’elle dit à Murphy que l’immortalité n’est pas la solution pour ne pas aller en enfer, contrairement à la moralité.

Enfermés dans une salle, destinés à mourir, les prisonniers de Sanctum font face à un dilemne. Jusqu’où aller pour survivre ? Doit-on mourir pour ses valeurs ? Existe-t-il une parade pour rester en vie tout en conservant ses valeurs ? Chaque personnage de Matryoshka est mis face à ce dilemme.

A côté du dilemme des prisonniers, celui de Joséphine, Gabriel, Ryker et Russell.

Le choix de Murphy et Abby

Alors que Russell les condamne tous au bûcher, Murphy est le seul à tenter par tous moyens de le raisonner. Pourtant, il semblait avoir accepté son sort. Lorsque les gardes viennent les chercher, il ne fuit pas et se désigne pour le bûcher. Il sait qu’il les a trahi et est prêt à subir les conséquences de ses actes.

A la dernière minute, Murphy refuse toutefois de mourir. La plupart de ceux sur le bûcher savent qu’Abby peut faire du sang noir à partir de moelle osseuse. Il est pourtant le seul à le révéler à Russell, dans un dernier espoir. Est-ce pour se sauver ou pour sauver les siens ? Aurait-il fait de même s’il était seul sur le bûcher ? 

On peut voir également qu’Emori a évolué. Elle utilise ses derniers instants pour révéler aux habitants de Sanctum que leurs dirigeants leur ment. De même, dans la cellule, elle défend davantage Murphy par affection que parce qu’elle soutient ce qu’il a fait. Elle ne s’oppose ni lorsqu’Abby le désigne pour le bûcher ni lorsqu’il se désigne lui-même après.

Russell rétorque qu’ils ont déjà essayé la moelle osseuse. Dans un souffle, dans un sursaut de survie, Abby finit par avouer : oui, elle peut faire du sang noir avec la bonne formule. Elle l’a déjà fait.

Abby n’agit pas différemment de Murphy qu’elle voulait pourtant envoyer sur le bûcher. Et, en acceptant de faire du sang noir pour Russell, elle soutient quelque part leurs pratiques.

En confirmant les propos de Murphy, Abby s’enfonce un peu plus dans sa quête de survie. Ils ont tué sa fille, sont prêts à mettre les siens sur le bûcher. Et, pourtant, elle décide de refaire du sang noir, tout en sachant le prix que cela a coûté dans la saison 4.

Abby est un personnage qui s’enfonce, au fil des saisons, dans la noirceur. Plus les saisons avancent, moins Abby se remet en question et plus elle agit de façon amorale. Elle semble résignée à survivre coûte que coûte et oublie.

Le plan de Raven

Les propos de Murphy sont, contre toute attente, confirmés par Raven. A-t-elle décidé d’abandonner tous ses principes aux portes de la mort ? Rien n’est moins sûr. Au contraire, il semble qu’elle ait trouvé un moyen d’allier moralité et survie.

Après avoir rabâcher à Clarke et Abby que ce qu’elles faisaient, dans la saison 4, n’était pas morale, avoir méprisé Abby pour ce qu’elle faisait dans l’espace puis aidé Kane et Indra à faire flotter le sang noir, il paraissait impossible qu’elle puisse de nouveau soutenir un tel projet.

Si elle défend la position de Murphy, c’est parce qu’elle a une autre solution. Son plan est d’utiliser le laboratoire pour sauver Madi et qu’elle les guide pour survivre à Sanctum.

Ce projet montre que Raven est un personnage qui n’a jamais été intéressée par le pouvoir mais qui sait prendre les décisions quand il le faut. Madi et Abby, les deux seules leaders de la pièce, étant indisponibles, elle a dû s’imposer. Cependant, elle a conscience de l’importance d’avoir un vrai leader pour les diriger.

Russell et Ryker : de l’immortalité à la vengeance

Ryker et Russell incarnent une autre facette de la réflexion entre la survie et la moralité. Russell s’enfonce dans l’idée que l’arrivée des terriens a précipité leur mort alors qu’il est le seul responsable de cette situation. S’il n’avait pas volé le corps de Clarke, il est certain que rien ne se serait passé de la sorte.

Si au début de l’épisode il ne veut pas tuer les terriens, la mort de Simone lui fait revoir sa position. Russell veut l’immortalité, il ne veut pas que le monde qu’il a créé s’effondre. Il veut que son peuple reste dans l’ignorance. Et c’est cette peur qui le fait choisir de brûler tous les prisonniers.

Ryker est un personnage ambivalent qui n’est pas prêt à sacrifier les siens pour la morale. En dépit des leçons morales de Raven puis d’Echo, il aide encore et toujours les siens, il continue de les protéger alors qu’il n’est pas certains que ce qu’ils font est la chose à faire.

La moralité est-elle plus forte que l’amour ?

Gabriel et Josephine sont également confrontés au dilemme de Matryoshka. Josephine supplie Gabriel de la laisser garder le corps de Clarke. Elle essaie de le raisonner en lui disant que si elle garde celui-ci, il n’y aura plus de morts. Cela n’est toutefois pas suffisant pour Gabriel qui décide de rendre à Clarke son corps. Il a aimé Joséphine mais juge qu’ils se sont suffisamment aimé, que ce n’est plus leur tour.

De son côté, Josephine sait qu’elle s’est perdue en chemin. Elle l’avoue à Clarke puis à Gabriel. Elle sait qu’elle a mal agit mais ne sait plus vraiment comment faire autrement. Josephine a accepté que ce qu’elle a fait de mal est aussi qui elle est.

En effet, elle dit à Gabriel qu’il doit la détester pour ce qu’elle a fait. Elle ne lui promet toutefois pas de changer ou de devenir morale. Elle veut juste continuer à vivre et lui fait comprendre qu’elle est prête à tout pour cela.

En désespoir de cause, son esprit s’accroche au corps de Clarke et elle essaie de tuer cette dernière. Clarke réplique toutefois en détruisant Josephine.

En tuant l’esprit de Josephine qui s’est maintenue dans sa tête, Clarke a-t-elle détruit définitivement l’esprit ? Ou est-ce une version qui s’était uploadé dans sa tête uniquement ?

En conclusion

Un excellent épisode, qui en dit beaucoup sur l’évolution des personnages et où ils en sont. L’écriture de l’épisode est génial, en particulier les scènes de Josephine qui sonnent très justes. La scène finale se clôt brusquement mais de manière émouvante. Une question reste en suspens : où sont Diyoza et Jordan ?

Le prochain épisode devrait se concentrer sur Echo. J’ai hâte d’en découvrir davantage sur ce personnage. De plus, cet épisode devrait également résoudre de l’intrigue de Madi si on en croit la bande-annonce.

 


2 thoughts on “Un peu de séries : The 100 (610 : Matryoshka)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.