Un peu de séries : The 100 (609 : What you take with you)

What you take with you, épisode 9 de la saison 6 de The 100 était un bon épisode, sans être excellent. J’ai trouvé que certains éléments étaient de trop, notamment les rajouts d’images des souvenirs d’Octavia et de la mort de Lincoln. La scène aurait entièrement suffit à faire comprendre ce qu’elle vivait et aurait peut être même été plus percutante sans ces ajouts. L’épisode se clôture de manière triste mais belle.

La suite contient des spoilers.

Les démons d’Octavia

Octavia Skywalker

Le titre de l’épisode, What you take with you, et les scènes d’Octavia sont une référence à Star Wars. En effet, dans Star Wars, Yoda emmène Luke dans une cave dans laquelle il affronte sa peur et lui-même. Lorsque Luke demande à Yoda ce qu’il y a dans cette cave, il lui répond : “what you take with you“.

Appliquée à Octavia le sens de la phrase est clair. Il s’agit pour elle de savoir qui elle est au fond d’elle ? Qu’est-ce qui motive ses décisions ? Quel part d’elle-même à le pouvoir ? En balance deux possibilités : est-ce que c’est sa tentation d’étouffer sa peur ? Ou est-ce tout ce qu’elle a vécu de douloureux qui la renforce ? Qui est Octavia lorsqu’elle ne joue pas un rôle de guerrière ou de leader ? Qui veut-elle être ?

Pilule verte ou pilule rouge ?

Octavia se confronte à ces questions lorsqu’elle essaie de découvrir ce qu’il s’est passé dans l’anomalie. Gabriel la plonge dans une sorte d’hypnose, l’amenant au plus profond d’elle-même. Dans son inconscient, elle se retrouve dans une pièce, à devoir choisir entre deux boîtes : une rouge et une verte. Gabriel l’a informée : lorsqu’il a pris cette drogue, il a été emmené au plus profond de son esprit, là où se cache ses pires démons.

Les deux boîtes auxquelles fait face Octavia sont donc symboliques : en ouvrant la verte, elle découvrira ce qu’elle a vécu dans l’anomalie. En revanche, en ouvrant la rouge, elle s’expose à ses démons.

L’image d’une boîte a une réelle symbolique pour Octavia, elle fait référence au Bunker mais également au plancher de l’Arche, sous lequel elle a vécu ses seize première années.

De plus, par sa couleur, la boîte rouge fait référence au mythe grecque de la Boîte de Pandore et, donc, au Bunker. En effet, le titre de l’épisode 4 de la saison 5, dans lequel Bellamy délivrait le Bunker, s’intitulait “Pandora Box“.

En ouvrant la boîte rouge, Octavia fait le choix de se confronter à toute la douleur et tous les maux qui la traversent, à sa part d’ombre, à ses regrets.

Les souvenirs d’Octavia

En ouvrant la boîte rouge, elle est brusquement projetée en elle-même. Le symbole des papillons rouges renvoient à la saison 1, où elle découvrait avec émerveillements les mêmes en bleus. Ici, ils sont également le symbole de l’âme d’Octavia, dans laquelle elle se plonge.

Elle entre dans l’arène comme sonnée et fait face à d’anciens prisonniers puis à Blodreina. Ses souvenirs les plus sombres affluent ensuite et finissent par la laisser prostrée sur le sol, enchaînée à son passé.

Alors qu’elle continue d’être assaillie par ses souvenirs, Pike apparait dans l’arène. Il représente le point de non-retour d’Octavia, le moment où elle a commencé à rendre elle-même la justice. Il force Octavia à exprimer ce qu’elle veut.

A l’instar de Clarke, elle doit découvrir qui elle est lorsqu’elle ne joue pas un rôle pour son peuple. Et, pour cela, elle doit savoir ce qu’elle veut. Et la réponse sort, d’abord du bout des lèvres : le pardon. Mais ce n’est pas suffisant, ce n’est pas à la hauteur de tout ce qu’elle a commis. Alors, avec plus de conviction, elle finit par avouer : elle veut la rédemption.

Octavia regrette, sait qu’elle n’a pas toujours agit dans l’intérêt de son peuple mais parfois qu’elle a agit dans le sien, par arrogance, par orgueil. Et, comme lui disait Diyoza, par amour du pouvoir. Blodreina, la face leader d’Octavia, voulait régner toujours un peu plus et tout contrôler. Régner sur elle-même mais, surtout, régner sur tout ce qu’elle pouvait ressentir.

Octavia VS Blodreina, qui gagnera ?

Blodreina apparait ensuite dans l’arène et menace Pike. J’ai moins apprécié cette scène entrecoupée de la scène de la mort de Lincoln. Je pense que ce n’était pas nécessaire. La scène aurait pu être plus fine et subtilement rappeler cette mort, rien que par les mots de Blodreina et en le forçant à se mettre à genoux.

Lorsque Blodreina menace Pike, Octavia se bat avec la partie d’elle-même qui a commencé à devenir comme lui. Elle prend conscience qu’en tuant de sang froid, elle a fait subir à d’autres la même chose que Pike a fait subir à Lincoln.

C’était ingénieux de ramener Pike en sachant qu’ils m’auraient jamais pu faire revenir les acteurs ayant joué Lincoln et Jaha, seuls avec Indra et Pike à avoir eu une importance considérable dans la vie d’Octavia. Ramener le bourreau de Lincoln, c’est la mettre en face du bourreau qu’elle est elle-même devenue.

De même, la mettre face à son frère aurait été illogique car ce n’est pas son approbation qu’elle recherche mais l’image de celle qu’elle voulait devenir.

Octavia s’interpose entre Blodreina et Pike et entame un combat avec Blodreina. La signification de cette bataille est apparente. Octavia combat sa part d’ombre, son orgueil, sa soif de pouvoir et finit par gagner. Blodreina est morte, vive Octavia. Désormais, elle peut avancer vers la rédemption.

J’ai beaucoup aimé cet affrontement d’Octavia contre elle-même, en particulier lorsque Blodreina lui dit avec mépris qu’elle a toujours été effrayée. Cela montre à quel point Octavia se haïssait ce qu’elle ressentait. Elle est devenu Blodreina pour ne plus ressentir la douleur et la peur. En devenant Blodreina, Octavia a tenté par tout moyen de faire taire son humanité.

Josephine VS Clarke : round 3

A la fin de l’épisode précédent, Bellamy était partie avec Joséphine retrouver Gabriel. Dans What you take with you, ils sont rapidement faits prisonniers par les Children of Gabriel.

J’étais un peu déçue que le voyage prenne fin si rapidement, je ne m’attendais pas à cela. Si je n’ai pas vraiment saisi l’intérêt de ces scènes sur le moment, j’ai compris que le but était d’amener la suite. Il fallait un déclencheur pour que Clarke reprenne possession de son corps. Bellamy et Clarke devaient également se séparer pour que Bellamy retrouve Octavia seul.

Cependant, les répliques de Joséphine sont toujours aussi mordantes et drôles. Eliza Taylor incarne ce personnage avec brio. Les scènes sont courtes mais amusantes.

On voit, encore une fois, que Clarke et Joséphine sont différentes lorsqu’elle parle de l’amour. En effet, Joséphine méprise ce sentiment. Pourtant, elle parle de Gabriel en affirmant l’avoir aimé. Le méprise donc-t-elle parce qu’elle est blessée ? N’est-ce pas elle-même qu’elle méprise de ne pas faire taire ce sentiment ?

Au contraire, Clarke n’a jamais considéré l’amour comme une faiblesse. Elle l’a affirmé à plusieurs reprises.

Joséphine essaie de faire réagir Bellamy en l’interrogeant sur sa relation avec Clarke. Elle veut qu’il abandonne l’idée de sauver Clarke en lui rappelant qu’ensemble ils ont fait de mauvaises choses (Mont Weather) et qu’elle l’a parfois abandonnée (l’arène). Bellamy ne cille toutefois pas et réaffirme sa décision en disant à Clarke qu’il ne la laissera pas mourir.

Les enfants de Gabriel décident, en découvrant qu’elle a le sang noir, de la tuer. Joséphine pour survivre, est contrainte de laisser à Clarke le contrôle de son corps. Cette dernière en profite et se met en chemin vers Gabriel, sans Bellamy.

La décision de Kane

A la fin de l’épisode, Kane décide de mourir, ne souhaitant pas survivre en sachant le coût de sa résurrection. Il offre quelque part à Abby un début de rédemption en se sacrifiant. Il la rassure : il aurait agit de même mais il ne veut pas vivre de la sorte. En mourant, il revient à ses principes mais permet aussi à Abby de le faire en emportant avec lui le sang noir.

Le retour d’Indra

Aidé de Raven, Kane réveille Indra pour contrecarrer les plans d’Abby mais aussi avoir le soutien de son amie. Kane lui fait part de ce qu’il ressent quant à sa survie et aux pratiques de Sanctum.

Indra lui oppose que ce que font les habitants de Sanctum n’est pas mieux que ce que leurs peuples ont fait.

Ce qu’elle dit à Kane est à l’image de son personnage : cartésien, ayant appris qu’il n’y avait pas de meilleur peuple. Que chacun avait sa culture dans tout ce qu’elle représentait de beau mais aussi de destructeur. Indra, qui avait une confiance aveugle dans son Commandant dans la saison 2, a évolué. Elle sait désormais qu’il n’y a pas de bon leader et qu’elle n’a pas à tous les soutenir juste parce qu’ils incarnent l’autorité.

S’il y a un personnage qui respecte chaque culture sans juger, c’est Indra. A l’inverse de sa fille, elle ne considère pas que les habitants de Sanctum aient trahi la religion de Becca. Ils n’ont fait ni mieux ni pire. Juste différemment.

L’évolution d’Indra est vraiment venue au fur et à mesure mais a toujours conservé une même logique. Elle n’a jamais défié l’autorité mais ne l’a pas toujours suivie aveuglément. Indra a toujours respecté la culture de son peuple mais a appris à la laisser de côté pour qu’elle et les siens survivent.

Indra a toujours été à cette limite, refusant de se rebeller frontalement, par instinct de survie, mais en faisant toujours ce qui lui semblait juste.

La mort de Kane

Par la suite, Raven, Indra et Kane décident de détruire le sang noir créé par Abby. Raven et Niylah prennent en otage le vaisseau pour le subtiliser. Abby s’y oppose mais comprend rapidement le projet de Kane. Raven l’emmène alors devant la porte où Kane a décidé de se faire dériver avec le sang noir.

La scène fait écho à la mort de Jake tout en étant plus intimiste. C’est pour cela que le “not again” de Kane n’était pas nécessaire et manquait de finesse. La scène se suffisait à elle-même.

Le plus beau moment de cette scène est certainement le May we meet again d’Indra, qui le clôture par le “our glonplei ste odon”. Cette scène est pleine de douceur, de respect et d’amour pour Kane. La suite, lorsqu’il est aspiré par le vide et qu’il disparait en regardant Abby est belle et bien réalisée.

De plus, on ne pouvait pas s’attendre à mieux pour la mort de Kane, qui à la fois reste lui-même et, en même temps, détruit Abby de la pire des façon : en lui rappelant la mort de Jake.

Dans les deux cas, ce sont les choix qu’elle a fait qui ont conduit à leur mort.

Kane se sacrifie pour son peuple en emmenant le sang noir avec lui et, surtout, il reste qui il est, une personne humaine qui refuse que sa survie soit à n’importe quel prix. La mort de Kane est donc belle, poétique et émouvante.

En conclusion

Un épisode qui manquait un peu de finesse mais qui se clôture par une belle scène. What you take wih you était une évolution dans le développement d’Abby et Octavia. Cependant il ne répond pas à deux questions : Diyoza est-elle définitivement morte ? Où est Gaïa ? Le prochain épisode devrait résoudre l’intrigue relative à Clarke et Bellamy et Octavia vont se retrouver.

3 thoughts on “Un peu de séries : The 100 (609 : What you take with you)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.