L’humeur série : The 100 (608 : The old man and the anomaly)

The old man and the anomaly, huitième épisode de la saison 6 de The 100 était moins prenant que le septième. J’ai été un peu moins conquise que d’habitude, trouvant que l’épisode s’éparpillait un peu entre les différentes intrigues. Après, je suis convaincue que toutes ces intrigues vont finir par se rejoindre pour résoudre la saison.

Les scènes avec Emori et Joséphine sont géniales contrairement à celles dans l’espace, que j’ai trouvé malaisantes (mais bien réalisées).

Temps de lecture : 15 minutes

The old man, the anomaly and the religion

Ce qui est intéressant dans la saison 6 de The 100, ce sont les questions sur la religion. Aucune n’est visée, les scénarii reprennent les codes généraux que l’on trouve dans chacune. C’est ingénieux et honnête car aucune religion n’est valorisée ou dévalorisée, elles sont toutes questionnées.

Russell : manipuler n’est pas prêcher

La soumission à une religion est un thème très présent dans The old man and the anomaly, comme depuis le début de la saison.

D’un côté, on a Russell qui veut que Clarke retrouve son corps, espérant ainsi “réparer ses pêchés” mais qui est persuadé que ce qu’il faisait jusqu’à présent était différent car ils étaient volontaires.

De l’autre côté, on a l’un des siens, acceptant de disparaitre définitivement pour que Kane ait un corps.

The old man and the anomaly pousse à l’extrême la réflexion sur les croyances. En effet, dans les épisodes 5 et 6, on comprenait que tout le monde était au courant de ce qu’il advenait des sangs noirs mais continuaient de vouer un culte aux dirigeants de Sanctum.

En résumé, les sangs noirs se sacrifiaient pour la gloire des Primes. Quant aux sangs-rouges, ils étaient considérés comme des “erreurs” inutiles pour Sanctum et avaient une vie de paria.

The old man and the anomaly va plus loin et pose la question franchement. Le sacrifice des croyants à une cause supérieure est-il le résultat d’un consentement libre ?

Les pêcheurs de la saison 6

Les personnages de Russel, Gabriel, Octavia et Diyoza fonctionnent en miroir dans cet épisode qui est centré autour de leur rédemption.

Russell et Octavia restent persuadés que leurs actions étaient les bonnes mais sont allés trop loin. L’un en condamnant Clarke, l’autre en condamnant Bellamy.

Gabriel et Diyoza vivent leur passé comme un fardeau et tentent, sinon de se racheter, de réparer.

Là où ces personnages se distinguent, c’est que Russell pense que sauver Clarke le lavera de ses pêchés. En revanche, Octavia qui ne le pense pas est celle qui est “lavée” des siens après avoir commencé à y faire face.

Du côté de Gabriel, il est hanté par Joséphine, s’en veut d’être de nouveau revenu à la vie. Il apparait résigné, coupé du monde et se considère quelque peu maudit. Au contraire, Diyoza essaie de faire en sorte que sa fille ne soit pas victime de son passé et tente de relever Octavia.

Ces quatre personnages incarnent donc une forme de relation religieuse à la rédemption. Russell veut réparer ses erreurs davantage par narcissime, Gabriel ne fait pas face aux siennes. Octavia entame un chemin vers l’acceptation tandis que Diyoza est dans le partage de ses expériences.

The old man, the anomaly and the Bible ?

On peut s’interroger sur le titre de l’épisode qui est susceptible de renvoyer à un écrit de la Bible. En effet, dans les passages de Saint-Paul, on trouve l’extrait suivant : “il vous faut abandonner votre premier genre de vie et dépouiller le vieil homme“. Cet extrait appelle à une forme de renaissance, de transformation d’un soin corrompu à un soin meilleur.

Par ailleurs, le terme anomalie a également le sens de miracle dans la Bible.

Ainsi, The old man and the anomaly, dans cet épisode, est à la fois Russell, face au miracle de Clarke n’étant pas morte et Gabriel face au miracle d’Octavia sortant vivante du tourbillon.

Cependant, celles qui renaissent sont Clarke et Octavia, pour avoir fait face à leurs démons, pour en être revenu transformées. En effet, il est certain qu’Octavia aura face à quelque chose dans cette anomalie, reste à savoir quoi.

Le titre prend donc un double sens qui est entièrement lié à des termes bibliques.

Encore une fois, rien n’est laissé au hasard dans les épisodes de The 100 qui sont d’une grande richesse, jusque dans le titre.

La destruction de Sanctum a-t-elle commencée ?

Dans chaque saison, il y a toujours ce moment où tous les personnages disposent de la même information mais… décident d’agir comme bon leur semble.

Tous savent désormais que Clarke est vivante. L’action des personnages vont cependant d’un extrême à l’autre. Murphy s’allie à Joséphine pour achever définitivement Clarke tandis que Madi préfère la méthode forte : tuer tout le monde. Emori flotte entre eux, ne sachant pas vraiment à qui se rallier.

La crise d’adolescence de Madi

Madi est toujours sous l’influence du Sheiheda, ce que tous ont remarqué. Bellamy lui demande même frontalement si les idées viennent d’elle ou de lui. Question à laquelle elle ne répond pas.

Elle essaie de leur imposer ses plans, est détestable et fini par empirer la situation. Elle va jusqu’à rappeler injustement à Echo qu’elle “n’est qu’une espionne” en l’appelant vulgairement “spy“.

D’ailleurs, encore une fois, le parallèle entre Clarke et Echo est apparent. Chacune d’elle essaie de se détacher d’un titre qui lui colle trop fortement à la peau et dont elle n’a jamais voulu. Dans cette scène, Echo est visiblement blessée mais se reprend vite pour donner la réponse attendue à son Commander.

Madi sait bien viser : elle a conscience qu’entre tous, Echo sera celle qui respectera le plus les coutumes grounders et lui sera loyale.

Le personnage de Madi est quelque part une représentation de l’adolescence. En effet, elle prend de l’assurance, exige d’être entendue en tant que personne, fait face à son côté plus sombre de sa personnalité et s’adresse irrespectueusement à ceux qui font figure de parents proches.

On peut voir également qu’elle est touchée par la mort de Clarke, qu’elle considérait comme sa mère et est prête à tout pour la ramener, même à laisser parler Sheiheda. Elle est aveuglée par sa douleur et sa soif de vengeance.

Madi empire la situation en décidant de n’en faire qu’à sa tête et de tuer les sangs noirs sur son chemin, blessant involontairement Jordan.

The old man and the anomaly ne répond cependant pas à une question : où est passée Gaïa ? Quel sera son rôle dans la suite de la saison ? Va-t-elle venir délivrer Madi et les autres qui sont désormais emprisonnés ? Echo et elles vont-elles s’associer ?

Russell est-il aussi pacifiste qui le pense ?

Dans un premier temps, Russell refuse que Joséphine fasse construire un EMP. Il souhaite “réparer son pêché”. Cette scène permet de voir qu’il culpabilise d’avoir tué l’esprit de Clarke et qu’il n’est pas prêt de recommencer.

C’est un personnage très hypocrite : il veut permettre à Clarke de récupérer son corps mais laisse Simone tuer l’un des leurs pour que Kane ait un corps. Il ne s’en veut donc pas d’avoir volé le corps de Clarke mais uniquement de l’avoir fait sans son consentement.

Il ne se reproche pas d’avoir fait subir la même chose à son peuple car il les estime consentant alors qu’ils étaient manipulés.

Ensuite, à la fin de l’épisode, il découvre que Madi a assassiné les corps occupés par plusieurs des siens. Il enferme alors tous les terriens qui lui tombent sous la main. Il agit en pur esprit de vengeance, sans réfléchir une seule seconde au fait qu’il à l’origine de la violence qu’il voulait éviter. Mais Ryker est là pour l’éclairer sur ce point.

En revanche, Priya ne le blâme pas d’avoir tué Clarke mais uniquement de ne pas avoir respecté l’ordre qu’ils s’étaient imposés.

Qui est vraiment Emori ?

S’il y a un personnage qui est très ambivalent dans cet épisode, c’est Emori. Tiraillée entre son instinct de survie et son affection pour les siens, elle ne sait pas quoi faire.

Et puis un regard d’Echo et apprendre qu’elle n’a pas été mise dans la boucle pour Clarke suffisent à ce qu’elle choisisse la solidarité à la survie.

Par ailleurs, la phrase de Murphy rappelant à Emori que Clarke a voulu la sacrifier ne fait pas pencher la balance de l’autre côté, au contraire.

Emori le dit clairement à Murphy : il n’a pas compris qu’il y a des choses plus importantes que la survie. Implicitement : survivre seule n’a pas d’intérêt. Elle le dit un peu plus clairement lorsqu’il est blessé en affirmant qu’elle l’aimera pour toujours avec lui même s’il meurt le jour-même.

Tout est dit dans cette magnifique réplique : elle préfère vivre ce qu’elle a à vivre entourée qu’être immortelle seule.

Ce personnage est fabuleux qui a connu un développement logique mais extraordinaire. Emori qui n’avait de loyauté qu’envers elle-même n’existe plus. Elle a brisé sa coquille pour resplendir.

Le mystère de l’anomalie

Les scènes jusqu’à l’anomalie sont oppressantes, donnant une impression d’hallucination.

Diyoza va-t-elle accoucher ?

Plus le personnage de Diyoza est développé, plus je m’y attache. C’est un excellent personnage, complexe, d’une grande force mais en même temps plein de douceur.

L’affection qu’elle a pour Octavia, l’attention qu’elle lui porte est magnifique. Leur relation devenue mère/fille est touchante sans tomber dans le pathos. Elles s’adressent des répliques toujours aussi piquantes mais avec plus de complicité que de haine.

Ma favorite est celle d’Octavia qui pour reprendre pied dans la réalité murmure “two serpents, one garden“. Elle permet de voir l’évolution de la relation entre les deux femmes. Il y a de la complicité dans cette réplique et de l’affection dans le regard de Diyoza.

Sur le chemin vers l’anomalie, Diyoza hallucine sa fille qui la guide directement vers le tourbillon.

Diyoza va-t-elle ressortir de l’anomalie en ayant accouché ? En effet, c’est une illusion de sa fille qui la tire vers le phénomène surnaturelle. Ce serait également logique quant à la signification de l’anomalie.

De plus, cela éviterait une scène d’accouchement, qui semble difficile à caser dans cette saison. Et Diyoza ne peut pas rester enceinte éternellement.

La Genèse de Gabriel

Ainsi que je l’avais précédemment mentionnée dans mes articles, j’étais certaine que Xavier était Gabriel.

Diyoza est la première à le découvrir et le menace aussitôt d’une arme. Elle comprend grâce à la cicatrice sur la nuque, similaire à celle de Madi. Elle ne le tue toutefois pas, attendant qu’Octavia soit guérie.

Lors du trajet jusqu’à l’anomalie, il révèle son histoire et comment il est devenu Xavier. J’ai du mal à m’attacher à ce personnage qui, à mon sens, est constamment dans la recherche d’excuses. Il semble avoir abandonné le combat et vit dans la nostalgie de sa relation avec Joséphine.

L’histoire de Gabriel est un écho à la Genèse. En effet, dans la Bible, Dieu a créé l’homme à son image. Puis, celui-ci ayant croqué dans le fruit défendu, dans un excès de colère, l’a banni du paradis.

L’histoire de Gabriel se retrouve un peu : Gabriel a élevé Eduardo comme son fils. Lorsqu’il est mort, ce dernier a volé le corps d’un autre pour lui imposer la puce de Gabriel, le ramenant à la vie. L’immortalité de ses proches est ici le fruit défendu. Dans un excès de colère, Gabriel a tué son fils, Eduardo, le privant de la vie mais également de l’immortalité.

Octavia, hantée par son passé

Octavia dit à Gabriel qu’il a peur de diriger son peuple. Si ces reproches envers lui sont réels, elle s’adresse également à elle-même. Elle se retrouve quelque part en Gabriel.

Par ailleurs, on peut remarquer qu’Octavia commence à être hantée par ses actes, notamment parce qu’elle a fait subir à son frère.

Enfin, Octavia se lance à la poursuite de Diyoza dans l’anomalie, le masque de Blodreina s’effrite alors. Jamais Blodreina n’aurait mis sa vie en danger pour sauver une personne qu’elle pense perdue. Or, Octavia n’écoute que ses sentiments et se jette dans le tourbillon pour y rejoindre Diyoza.

Elle est toutefois rejetée par l’anomalie et en ressort parfaitement guérie (et les cheveux propres !). On peut se demander quel impact a eu l’anomalie sur son esprit.

Octavia pourrait-elle avoir oublié tous ses souvenirs ? Ou bien a-t-elle fait la paix avec elle-même dans l’anomalie pour redevenir celle de la saison 1 ? Cela serait cohérent au vu de son apparence en sortant de l’anomalie.

Raven réussira-t-elle un jour à leur faire entendre raison ?

La relation Abby/Raven est une de mes favorites de cette série. Elle est brillamment mise en valeur dans cet épisode, qui réaffirme leur lien mère/fille.

Abby et le point de non-retour

Abby apparait épuisée, sacrifiant encore une fois le peu d’humanité qui lui reste. Elle sauve Kane en sachant qu’il ne le voudrait pas car elle l’estime plus méritant de vivre.

Abby se transforme en quelqu’un que Clarke a peur de devenir : une sorte de dieu décidant qui peut vivre et mourir.

En sauvant Kane et en étant au bord du sacrifice en essayant d’aller dans l’espace, Abby essaie de rétablir une balance qu’elle trouve injuste.

Raven et la décision d’Abby

Abby oblige quelque part Raven à la suivre dans ses projets. Ce que la jeune femme refuse avant d’accepter, par amour par Abby. C’est déchirant de voir Raven renier quelque part ses nouveaux principes même si ses justifications se tiennent.

Pour se justifier, Raven lui dit “I couln’t save my mom but I can save you“. Par ces simples mots, elle met en exergue ce qui était évident depuis la saison 1 : elle considère Abby comme sa mère, et vice versa.

Par ailleurs, Raven comprend quelque part le choix d’Abby. Cette dernière renie tout ce qu’elle est pour sauver Kane. Raven fait de même pour sauver Abby.

En conclusion, The old man and the anomaly contient plusieurs scènes intéressantes, complexifient l’intrigue mais se termine sur une scène malaisante. Il me tarde de voir l’épisode suivant, qui devrait être consacré à Octavia.

D’après le résumé, on verra également Bellamy et Joséphine chercher Gabriel. Le trajet risque sûrement d’être du même ordre que celui de Roan et Clarke dans la saison 3 et d’Anja et Clarke dans la saison 2.

Quelle sera la réaction d’Octavia en voyant son frère arriver auprès de Gabriel ? Aura-t-elle appris de ses erreurs ? Comment va-t-elle réagir lorsqu’elle verra ce que les Primes ont fait à Clarke ? Gabriel les aidera-t-il ou Bellamy se lance-t-il dans une quête vaine ? S’il faut choisir entre Josephine et Clarke, Gabriel saura-t-il faire ce choix ?

 

Concernant l’épisode 7, Nevermind, je vous conseille l’interview de Kim Shumway, c’est très intéressant pour en apprendre plus sur l’épisode. L’article est en anglais mais il se lit aisément : The 100′ writer Kim Shumway break down Nevermind and the state of Clarke Griffin’s soul.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.