Un peu de séries : Mon top séries de la décennie

Si je peux dire quelque chose de la précédente décennie, c’est que je l’ai passée à faire des études et regarder des séries. J’ai compté : j’en ai visionné près d’une centaine. Certaines ont particulièrement retenu mon attention par leur univers et leurs personnages.

5 – Supergirl

Supergirl est une série diffusée sur CBS puis sur CW depuis 2015. Elle a pour personnage principale une super-héroïne positive et optimiste, ce que je trouve rafraîchissant. Les personnages sont complexes et ont tous une intrigue passionnante à suivre. Celui de Lena Luthor, en particulier, est pertinemment bien construit. Il y a de la diversité sans que celle-ci ne soit stéréotypée, présente pour les quotas ou que les personnages ne soient définis que par leur couleur de peau ou leur orientation sexuelle. Dans la saison 4 a notamment été introduit le personnage de Nia, première super-héroïne transgenre de la télévision américaine et jouée par une actrice transgenre.

Par ailleurs, les thèmes abordés sont en lien avec l’altérité et le respect de l’autre. La saison 4 était intelligente, positive et proposait un message intéressant sur l’importance de respecter les différences et la culture d’autrui. Cette saison prenait position de manière plutôt évidente sur la question des réfugiés.

4 – His Dark Materials

His Dark Matérials écrite par Jack Thorne, diffusée sur HBO et adaptée des livres de Philipp Pulman. Annoncée et en préparation depuis plusieurs années, cette série a su être à la hauteur de l’attente.

Une réalisation époustouflante, des décors splendides, une attention particulière dans les détails de chaque scène et un jeu parfait des acteurs ont fait de cette série mon coup de cœur de l’année mais également une de mes séries favorites de la décennie.

Tout en conservant le message original sur la religion, les auteurs de His Dark Materials ont su se départir de la série de livres. Cela apporte une fraîcheur et une interprétation novatrice.

3 – Jane the virgin

Jane the Virgin est une série créée par Jennie Snyder Urman et diffusée sur CW. Adaptation d’une série vénézualienne, Jane the Virgin est une telenovela, version étasunienne. Bien écrite, cette série a abordée, en cinq saisons, des thèmes comme l’immigration, la maternité, l’avortement, la dépression ou encore la famille.

Les personnages sont attachants, bien développés et écrits avec intelligence. 

Cette série montre également des relations entre femmes positives, qui ne sont pas dans la rivalité. L’amitié entre Petra et Jane, par exemple, est sincère et touchante, elles s’entraident et se soutiennent. Les personnages masculins sont également écrits avec réflexion et la série évite très majoritairement la représentation d’une masculinité toxique.

Jane the Virgin est une série que j’ai adoré suivre, sa positivité et son monde bien à elle en a fait l’un de mes coups de coeur de la décennie.

2 – The Flash

The Flash est une série diffusée par la CW et développée par Greg Berlanti. Si elle ne m’avait convaincue dans ses premières saisons, cette série gagne en qualité chaque année. Loin d’être uniquement une histoire de super-héros, Flash met en lumière des personnages complexes qui évoluent et apprennent. Les personnages d’Iris et Caitlin, par exemple, se sont étoffées et ont leur propres intrigues. Quant aux personnages masculins, les deux dernières saisons ont représenté une masculinité positive. On voit The Flash pleurer, douter, être vulnérable.

Un des derniers épisodes diffusés en 2019 montre Barry qui refuse de continuer son rôle de super-héros pour pouvoir être un mari et un père. On le voit prostré dans son lit, accablé par la peur et la tristesse de sa propre perte.

Les thématiques abordées ont également gagné en maturité. La famille et parentalité était le thème de la cinquième saison tandis que la sixième est davantage sur celui de la mort, du deuil et de la perte.

Il faut également souligner la splendeur des effets spéciaux, en particulier lors des déplacements de Flash.

1ex-aequo – The 100

The 100 est une série créée par Jason Rothenberg et diffusée par CW. On y trouve des thématiques passionnantes et des personnages principaux féminins forts et complexes.

Les thèmes abordés le sont avec précision et apportent des réflexions pertinentes sur la morale et le libre-arbitre. La question de la morale est analysée de manière de plus en plus complexe.  The 100 a également abordé des sujets comme le handicap, la religion ou les addictions.

De plus, je trouve intelligent la façon dont la série démontre que la violence empire les choses, contrairement à la communication.

Par ailleurs, la série montre des femmes complexes et des rapports entre humains qui le sont tout autant. Cette série choisi également, dès sa première saison, de présenter des relations amicales féminines non toxiques. Par exemple, concernant les personnages de Raven et Clarke Loin de choisir la voie facile du triangle amoureux, les scénaristes ont fait évoluer ces personnages comme deux soeurs.

Le visuel s’améliore également d’année en année. La saison 6 était visuellement bien construite avec des jeux de couleurs et de lumières nouveaux.

The 100 est une série dont je ne lasse pas, pouvant la visionner à plusieurs reprises et être toujours conquise par cet univers et l’ambiance de la série.

1 – The Marvelous Mrs Maisel

The Marvelous Mrs Maisel est une série originale qui ne trouve aucun pendant. Cette série est complexe et intelligemment réalisée et écrite. Les dialogues sont écrits avec justesse et l’interprétation est excellente.

Tout est parfait dans The Marvelous Mrs Maisel et il y a une qualité d’écriture et de réalisation certaine.

Les personnages sont complexes et bien développés. Leurs intrigues se suivent et se répondent parfaitement. Dans la saison 2, les intrigues de Abe, en pleine réflexion sur sa carrière font échos à celles de Midge. Les scènes intérieures sont tournés comme une pièce de théâtre, ce qui dynamise et crée un univers original.

Ainsi, de par sa fraîcheur, son originalité et les nombres incroyables de détails dont elle est composée, The Marvelous Mrs Maisel est sûrement mon plus gros coup de coeur de la décennie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.