Un peu de livres : Magic Charly d’Audrey Alwett

La grand-mère de Charly, qui avait disparu il y a cinq ans, réapparaît mystérieusement. Charly apprend alors qu’il est un magicier et que sa grand-mère a perdu l’intégralité de sa mémoire. Aidé de Sapotille et de Maître Lin, il se lance à la recherche des souvenirs de sa grand-mère.

Magic Charly est un très bon livre, féérique et positif. Addictif et surprenant, ce livre a été une merveilleuse lecture. L’écriture est drôle, tranchante, efficace et apporte de la personnalité au livre. Magic Charly n’est pas un livre de plus dans une librairie. C’est un livre qui vaut le coût d’être lu pour sa plume, pour son intrigue captivante, pour ses personnages hauts en couleur et pour ses thèmes intéressants.

Un univers et une intrigue riches

L’univers est riche et fabuleux à découvrir. C’est un livre unique avec un univers fouillé et original. Les gourmandises magiques, les serpillières animées ou encore les grimoires sont d’excellentes inventions. J’ai également beaucoup aimé Mandrin, le chat de Charly.

L’intrigue est tout aussi riche et captivante. On suit Charly, essayant de retrouver les souvenirs de sa grand-mère dans un monde nouveau et inconnu. La résolution du procès intenté par Maître Lin au Cavalier est inattendue. De même, la dernière partie de Magic Charly est passionnante à suivre.

Des personnages développés

Les personnages ont une personnalité cohérente et mise en exergue dans le livre. Cependant, j’aurais aimé en apprendre plus sur les personnages secondaires.

Cela doit toutefois être dû au fait que je ne suis pas parvenu à m’attacher au personnage de Charly. J’ai eu l’impression que les personnages n’existaient que pour tourner autour de lui et non par eux-mêmes. Peut-être y aura-t-il une évolution dans les prochains tomes mais le premier m’a légèrement laissée sur ma faim.

De plus, j’ai trouvé que le personnage de Sapotille avait le même problème que Hermione dans Harry Potter. Elle se retrouve “dépendante” de Charly. De plus elle ne prend un aspect positif, dans le livre, que lorsque celui-ci commence à avoir besoin d’elle.

Antérieurement, elle apparaît négativement comme une première de classe, solitaire et étrange à qui June, la meilleure amie de Charly, fait des blagues “parce qu’elle l’aime bien”. A quel moment se moquer de quelqu’un est positif et gentil ? Lorsque Charly apprend qu’elle est magicière, comme lui, il se rapproche d’elle et commence à la défendre. Sapotille prend alors un aspect beaucoup plus positif dans le livre.

J’ai également trouvé dommage qu’elle devienne peu à peu l’intérêt amoureux de Charly.

J’ai vraiment trouvé cela dommage de gâcher de la sorte un personnage aussi lumineux que Sapotille. Elle est débrouillarde, douée en magie, travailleuse… mais c’est Charly le héros.

Des messages pertinents sur l’argent, le pouvoir et les sentiments

Au-delà de l’intrigue et des personnages, l’autrice propose un message intéressant sur la conservation du pouvoir et de l’argent. Il me tarde de lire la suite afin de découvrir dans quelle mesure ce message s’étoffera.

Maître Lin explique à Charly que sa grand-mère et lui appartenait à un groupe opposé aux Académiciens. Ils avaient découverts que les Académiciens utilisaient le pouvoir du Cavalier, allégorie de la mort, pour rester en vie afin de conserver leur titre et leur pouvoir.

De plus, Sapotille apprend à Charly qu’il ne peut pas utiliser la magie intuitive et doit veiller à respecter l’usage autorisé par son pendentif. Elle lui dit également qu’apprendre aux quiétons à user de la magie, c’est prendre le risque d’en consommer davantage.

La comparaison entre la magie et l’argent est évidente. On comprend à travers les explications de Sapotille que l’usage de la magie est réservée et ne doit pas être trop partagée, au risque qu’elle disparaisse. Les patrouilleurs ont une réserve magie plus limité que les autres. Plus les magiciers prennent en grade, plus ils ont accès à de la magie.

Si ce n’est pas dans ce tome, je me demande si dans le prochain, on apprendra que les Académiciens et “l’Elite” des magiciens, utilisent plus de magie que permise. Cela serait dans la continuité du message délivré dans ce premier tome.

De plus, à travers Charly, l’autrice propose un message pertinent sur l’importance de communiquer ses émotions. La représentation des sentiments réprimés de Charly par les bêtises de Mandrin, le chat, est utile. En effet, cela permet de montrer en douceur qu’on ne peut pas tout garder pour soi, qu’il faut exprimer ce que l’on ressent parce que c’est nécessaire pour bien se sentir. Les émotions sortiront même si on les réprime mais pas de la bonne manière.

En conclusion

Le premier tome de Magic Charly était une excellente lecture. Si je ne suis pas parvenue à m’attacher au personnage de Charly, j’ai adoré celui de Sapotille. L’intrigue et l’univers m’ont vraiment convaincue. Les messages délivrés par l’autrice sont également intéressants et réfléchis.

Notation 9

 

One thought on “Un peu de livres : Magic Charly d’Audrey Alwett

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.