Grace et Fury de Tracy E.Banghart

Auteur : Tracy E. Banghart Editeur : Hachette

Résumé de l’éditeur

“À Viridia, les femmes n’ont pas le droit de lire. Pas non plus le droit de choisir leur mari, leur métier, leur avenir. Ni d’avoir des idées.

Depuis toujours, Serina a été formée pour devenir une Grâce et satisfaire le prince héritier, s’il la choisit. Sa sœur Nomi, elle, a été entraînée pour servir Serina et l’aider à séduire le prince.

Quand le jour de la sélection des Grâces arrive enfin, rien ne se passe comme prévu. Nomi est retenue à la place de sa sœur et Serina envoyée en prison pour un crime qu’elle n’a pas commis.

Aucune n’est prête à accepter ce destin qu’on leur impose. Pour survivre, les deux sœurs vont devoir s’adapter. Pour se retrouver, elles prendront tous les risques“.

Mon Avis

La suite contient des spoilers.

Grace et Fury est un vrai coup de cœur. Tout dans ce livre est intelligent, recherché et développé. Du récit au message de l’auteur qui est très pertinent et actuel.

Je l’ai lu d’une traite, happée par l’univers de l’autrice, le réalisme des émotions et la force des personnages.

  1. Le récit

D’une certaine façon, Grace et Fury est une dystopie classique, qui suit le chemin habituel de ce genre littéraire. Rien de nouveau de ce côté-là. Manque d’originalité ? Eh bien, non ! D’une part, ça apporte un cadre à l’histoire. D’autre part, le cadre classique de la dystopie est uniquement reprit pour l’intrigue de Serena.  L’intrigue de Nomi semble suivre un cadre contraire. Elle tente de s’adapter aux règles contre lesquelles elle se rebellait.

Le récit est, en effet, séparé en deux intrigues. D’un côté on suit Serena, qui a été condamnée à purger une peine d’emprisonnement à vie sur le Mont Destruction.

De l’autre côté, on suit Nomi, sa sœur, qui a été nommé comme Grace, à la place de sa soeur.

Il n’y a pas énormément de suspens du côté de Nomi, on découvre très rapidement qu’elle se fait manipuler. En revanche, tout l’univers de cette société est découvert par ses yeux et est très intriguant. On découvre un monde particulièrement manipulateur, dans lequel les hommes ont tout pouvoir.

Le suspense est plus présent sur l’intrigue concernant Serena. Cette partie de l’histoire est celle que j’ai préférée. Serena apprend à suivre de nouvelles règles, celle du Mont Destruction. Elle s’adapte grâce à ses co-détenues qui la soutiennent et lui montrent qu’elle peut utiliser ce qu’elle a appris comme une force.

Le Mont Destruction porte vraiment bien son nom. Il ne détruit pas que physiquement, il détruit mentalement en forçant les détenues à se battre entre elles.

2. Les personnages

Nomi et Serena sont deux sœurs qui ont été élevées ensemble mais pour occuper des places précises et jouer à deux rôles distincts. Serena pour être grâce et Nomi pour devenir sa suivante.

Au début, on ressent très rapidement qu’elles ne se comprennent pas, que leur seul point de ralliement est leur frère, qui est aussi le jumeau de Nomi.

Et, finalement, elles se retrouvent dans la peau l’une de l’autre. A distance, elles apprennent à se comprendre, à se connaître et à se respecter. Et c’est beau. C’est une très belle histoire de sororité.

♣ Serena

Serena est un personnage fort qui apprend à devenir indépendante, à exister pour elle-même et par elle-même. Son évolution est magnifique et, quelque part, lumineuse.

Le plus beau passage est celui où elle refuse de tuer. Serena montre alors qu’elle a compris les règles du jeu mais qu’elle ne s’adaptera plus à celles-ci sous prétextes qu’elle le doit. Elle préfère garder son humanité, en subir les conséquences, plutôt que de renier ses valeurs et prendre une vie.

Par ailleurs, l’histoire d’amour avec Valentino, un gardien, me semblait totalement inutile et déplacée dans cette intrigue où une femme est emprisonnée dans ce qui s’apparente à l’enfer.

Et puis, à la réflexion, elle se justifie par deux points :

  • Serena a été élevée pour ne vivre que dans le regard des hommes
  • L’autrice apporte un message fort lorsqu’elle fait dire à Serena que ce n’est pas parce qu’il l’a sauvé, qu’elle lui doit quelque chose. Et c’est à cet instant qu’on comprend que le Mont Destruction l’a changée et qu’elle est devenue indépendante et qu’elle s’impose pour elle-même et non pas dans le regard de quelqu’un.

Nomi

Nomi est un personnage intéressant : sa soeur est condamnée à sa place et elle doit vivre avec ce fardeau. De plus, elle a été nommée Grace alors qu’elle a toujours méprisée cette tradition.

L’histoire d’amour de Nomi me déplaisait au début, je la trouvais un peu naïve et niaise. Puis, au fur et à mesure du récit, je l’ai trouvé cohérente et pertinente.

Nomi a vécu toute sa vie dans l’ombre de sa sœur, élevée pour être une Grace et qui avait donc le droit à tout, et de son jumeau, qui en tant qu’homme avait le droit d’être scolarisé.

Pour la première fois, elle pense qu’on s’intéresse uniquement à elle, qu’elle est le centre de l’attention. Elle rencontre également deux personnes qui lui laissent entendre qu’elle a le droit d’apprendre à lire.

De plus, son côté rebelle et son rejet du rôle de Grâce justifie qu’elle sorte non pas avec le prétendant au trône mais avec son frère. Il y a une forte identification envers lui.

♣ Les personnages secondaires

Les personnages secondaires sont aussi très bien développés. J’ai notamment beaucoup apprécié le personnage de Mari, sa fragilité, sa résilience.

Les personnages de Mouette et d’Oracle sont également des beaux personnages.

3. Le message de l’autrice

Difficile de ne pas remarquer le message de l’autrice qui à travers cette dystopie, s’attaque à l’égalité homme/femme.

Un des messages les plus pertinents, à mon sens, c’est que les femmes passent beaucoup de temps à s’affronter pour des hommes.

Il y a une forte présence de la compétition entre femmes pour des hommes dans ce livre. Au début, elles s’affrontent pour être choisies comme Grace. Ensuite, sur le Mont Destruction, elles se battent entre elles parce que les gardiens (qui sont des hommes) leur ordonnent.

L’autrice appelle donc à cesser le jugement et l’affrontement entre femmes pour pouvoir obtenir l’égalité.

J’ai adoré ce message, je l’ai trouvé approprié et intelligent.

En effet, dans la société actuelle, il y a encore beaucoup de compétition entre femmes. De plus, la société envoie encore comme message que nos existences dépendent du regard des hommes.

Par ailleurs, l’autrice donne une explication à la société qu’elle a créée. Cette explication peut aisément être transposée à notre monde.

Par les lectures de Nomi, on apprend que si les femmes n’ont pas le droit à l’éducation et à la lecture, c’est parce que les hommes ont peur qu’elles finissent par les dominer.

Alors que les femmes devraient toutes exister pour elle-même et par elle-même. Et cela ne pourra avoir lieu que lorsqu’on ne se critiquera et jugera plus les unes les autres mais qu’on se soutiendra.

En conclusion, Grace et Fury est un récit prenant, engagé et magnifique.

Grace et Fury, est également une belle histoire d’amour familial. La relation entre les deux sœurs est très réaliste, poétique et touchante.

    Vous voulez lire d’autres livres qui parlent de la condition des femmes ? Je vous propose Les Filles de Nulle part d’Amy Reed. Une excellente lecture !  
 

One thought on “Grace et Fury de Tracy E.Banghart

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.